REVUE DE PRESSE
Travailleurs pauvres en Allemagne - Ce qui nous attend ?


BAISSE DES APL : La CFDT demande au gouvernement de renoncer


Pole emploi : quand le privé prend les choses en mains


MORT DE SIMONE VEIL


Loi Travail : 'C'est une réforme inquiétante et désespérante'


"Passer à la hussarde sur le Code du travail, ca ne marchera pas"


Attentat sur les Champs-Elysées, la CFDT déterminée à défendre les valeurs républicaines


La CFDT devient le premier syndicat auprès des salariés du privé au niveau national, devant la CGT


8 mars 2017 - Journée ouverte à tou.te.s les adhérent.e.s CFDT


Elections dans les TPE : la CGT recule mais reste en tête


22ème rapport sur l'état du mal-logement en France 2017


Temps de travail : 2017, une année test pour le dialogue social


Le compte personnel d'activité (CPA)


Relever l'âge de départ à la retraite: bon pour le PIB, inefficace sur le chomage


Dégradations du siège de la CFDT


La réduction du temps de travail : une bataille de longue haleine


Ensemble, remettons la réduction du temps de travail au cœur du débat public


Grève du 31 mars : à la CFDT, la base se rebiffe contre Laurent Berger


Attention Danger - Mobilisation le 31 Mars


Le Symétal CFDT Sud Francilien s'oppose au projet de loi de réforme du droit du travail


Droit du travail : une réforme directement inspirée de propositions du Medef et de la droite


Goodyear : d'une violence l'autre


Neuf mois de prison ferme contre d'anciens salariés de Goodyear


PRISON POUR LES GOODYEAR


Valls et le retour du plafonnement des indemnités prud'homales


France-Taux de chomage au plus haut depuis 18 ans


La CGT s'inquiète du prolongement de l'état d'urgence


LA SANTE DES SALARIES


Le jackpot du patron d'Alcatel relance la polémique sur les "parachutes dorés"


INSECURITE à BOULOGNE- BILLANCOURT


Nouvelle offensive pour reconnaitre le burn out comme maladie professionnelle


Macron décrète la modernisation générale


Les cadres décrochent après... 52 minutes de réunion


Retraites complémentaires: les syndicats se mobilisent, le Medef recule


Quand Renault diminue les effectifs... malgré les annonces d'embauches


Dialogue social : la piste de l'expérimentation


Les négociations sociales restent suspendues


Quand un patron augmente ses salariés après avoir lu Piketty


Les 35 heures ont été efficaces contre le chomage, selon un rapport parlementaire


Travail dominical : la CFDT demande à Francois Hollande d'intervenir


Le chomage en France ne baissera pas avant 2016, selon l'OCDE


Compte pénibilité : s'informer au 3682 et sur www.preventionpenibilite.fr


Syndicalisme: quand la CFTC est devenue CFDT


Le dialogue social et la CFDT mis à rude épreuve par la méthode Valls


La CFDT exclut toute remise en cause du compte pénibilité


Thales : les salariés-actionnaires et la CFDT veulent un nouveau PDG issu du groupe


CONFERENCE SOCIALE : Motion du Bureau du SYMETAL CFDT SUD FRANCILIEN


Travailleurs pauvres en Allemagne - Ce qui nous attend ?

Publié par Par Euronews. le 26-07-2017




Berlin. Une longue file d'attente devant une agence pour l'emploi nous surprend. L'économie allemande est florissante et le taux de chomage bas, alors pourquoi autant de monde ? La réponse est simple. La plupart de ces gens ont déjà un travail mais ce sont des travailleurs pauvres. Ils postulent donc aux aides sociales en complément de leurs modestes salaires. Leur vie professionnelle est faite d'emplois précaires et mal payés, de temps partiels, même s'ils ont souvent une bonne formation.

Et il n'y a pas que le nombre de travailleurs pauvres qui augmente en Allemagne. Le nombre de retraités pauvres, augmente lui aussi. C'est le cas de Monika. Qualifiée pour être directrice des ventes elle n'a jamais signé de contrat à temps plein. "Ils ne veulent pas payer. Je suis trop chère. Ils préfèrent embaucher du personnel qui n'est pas qualifié à 8.50 euros de l'heure. Pour m'embaucher, ils devraient payer davantage", explique-t-elle.

Partons maintenant à Halle. Après la réunification, l'Allemagne a du créer des emplois alors que les employeurs se plaignaient du cout élevé de la main d'œuvre... Elle devait aussi rester compétitive.
Alors, en 2003, elle a lancé une réforme radicale du marché du travail avec comme mots d'ordre libéralisation et flexibilité. Cela signifiait moins d'argent pour les gens sans emploi, feu vert aux agences de travail temporaire. Conséquence : le secteur le moins bien payé s'est développé, le chomage a baissé mais la pauvreté relative a augmenté.

Notre journaliste a rencontré Rolf Maurer : un artisan, très qualifié qui sait tout faire. Il trouve ses clients sur internet. Son modèle économique : la flexibilité totale.
"Je dois vivre avec le risque de ne jamais savoir quand je travaille ni quelle sera ma mission le lendemain ou le jour d'après. En plus de ca, il y a le risque que les clients ne me paient pas. Ca m'est déjà arrivé", explique-t-il.

Pour ce qui est des tarifs, la chambre des métiers lui recommande de se faire payer au moins 35 euros de l'heure. "Mais ces dernières années, je demande bien moins, habituellement autour de 15 ou 10 euros", raconte-t-il.

Payer le loyer de son petit appartement est la première dépense de Rolf Maurer; acheter du matériel professionnel pour faire du bon travail, la deuxième. Impossible dans ce contexte de mettre de coté pour sa retraite.

Quand il était jeune il a eu un emploi fixe dans une fonderie puis l'usine a fermé. Ont alors suivi des années de chomage et des contrats à courte durée. Sans espoir de retrouver un temps plein Rolf Maurer s'est tourné vers l'agence pour l'emploi qui le considère trop âgé. Pour ne pas être au chomage, il a monté son affaire.

"A mon âge ce n'est pas drole d'être obligé de travailler à mon compte. Quand on atteint un certain âge, c'est mieux d'avoir un emploi normal, durable. A 60 ans vous n'êtes plus vraiment disposé à partir de rien pour lancer un business", ajoute Rolf Maurer.

Maurer n'envisage pas s'arrêter de travailler bientot. Sa situation confirme une tendance actuelle : le nombre d'Allemands qui continuent à travailler tard a doublé ces dix dernières années. De 5 à 11% pour des actifs entre 65 et 74 ans. La plupart d'entre eux le font pour compléter de petites retraites et vivre décemment. C'est une nécessité. Pas un choix.

"En ce qui concerne les heures de travail, je m'adapte aux souhaits du client. S'il veut que je travaille le week-end, je le fais. S'il veut que je travaille le soir, je le fais. Je suis totalement flexible pour satisfaire mon client".

A Berlin, certains syndicalistes surnomment la ville, "capitale de l'emploi précaire et des travailleurs pauvres". C'est le cas de Dierk Hirschel, économiste en chef de l'un des plus importants syndicats des métiers du service, ver.di.

"En Allemagne le problème c'est qu'un travailleur sur 5 gagne moins de 10 euros par heure; il est donc considéré comme un travailleur pauvre. C'est le résultat de la destruction des règles du marché du travail. L'Allemagne est un pays riche, il n'y a pas de doute là-dessus. Mais l'Allemagne est aussi un pays divisé socialement. Dans ce pays riche, les travailleurs pauvres existent, des gens qui travaillent 40 ou 50 heure par semaine mais qui ne gagnent pas leur vie en travaillant", explique-t-il.

Le problème concerne l'industrie du bâtiment, l'hotellerie, la restauration, la vente au détail et le secteur du service en général, mais aussi des métiers qui nécessitent des années de formations : Andriana et Jan enseignent dans des écoles publiques de musique à Berlin. Aujourd'hui, ils ont rendez-vous avec leur ami Tilman, vidéo-blogueur.

Jan est marié, il a deux enfants. Il lutte pour mettre de l'argent de coté pour sa retraite.
Adriana enseigne la musique depuis plus de 20 ans. Elle prendra sa retraite en 2033. Elle raconte le choc qu'elle a eu en recevant la lettre de son organisme de retraite.

"Personne ne me croit quand j'en parle. Donc je vous la montre. Je vais toucher une retraite mensuelle de 351 euros et 82 cents. Je paie déjà 400 euros pour mon appartement... ma retraite ne me permettra même pas de payer mon loyer", raconte Adriana Balboa, professeure de musique à Berlin.

"351 euros? Ce n'est rien! C'est la conséquence des contrats freelance, du fait d'être obligé de facturer chaque heure ou de ne pas être payé pendant les vacances, de ne pas avoir de revenu stable. Ce système nous pénalise. Mais que peut-on faire ?", s'interroge son ami Tilman Shulze, professeur de musique également.

"Un accord de travail commun pour le personnel des écoles de musique est à l'étude. Il est question de salaire décent, d'arrêter les contrats freelance pour chaque heure, de poursuivre le versement du salaire en cas de maladie. Aujourd'hui, si vous tombez malade, vous risquez vite de ne plus avoir d'argent et quand une femme accouche, elle ne devrait pas perdre son travail en même temps", ajoute leur ami Jan Hoppenstedt.

"Ici à Berlin, un très petit nombre d'emplois sont stables : c'est la pire situation de toute l'Allemagne. 93% des travailleurs sont en freelance et seulement 7% ont un emploi fixe", explique Adriana Balboa.

Berlin a décidé de placer 20% des professeurs de musique sous contrats permanents. Un chiffre insuffisant pour les trois amis. Tilman a écrit une chanson pour protester : "Notre paie est juste assez pour acheter un kebab" déplore-t-il.